Actualités

Previous Next

Manganèse : la SGM décroche un permis

La Société générale des mines (SGM), filiale du Britannique Keras Resources, a décroché vendredi un permis minier pour le gisement de manganèse de Nayiéga (préfecture de Kpendjal- ouest)

La SGM disposait déjà d’une autorisation d’exploration. Les réserves sont évaluées à près de 8.500.000 tonnes sur une durée de 11 ans.

Nayéga a le double avantage de disposer d’un fort potentiel et d’offrir des coûts d’extraction assez bas.

Selon les études géologiques réalisées sur 92.930 hectares, les valeurs de manganèse vont jusqu’à 39%, supérieures aux estimations de départ.

Le manganèse est utilisé pour la préparation d’alliages comme l’acier, l’aluminium, les piles électriques ou les engrais.

Pour le gouvernement, ce projet contribuera à la création de nouveaux emplois directs et indirects qui auront une incidence favorable sur le plan social et sur l’économie de la zone d’exploitation.

 

*Source: republicoftogo.tg

ATELIER NATIONAL DE RESTITUTION

ET DE VALIDATION DU RAPPORT DE LA CARTOGRAPHIE DES MINES A PETITE ECHELLE ET CARRIERES CLANDESTINES

le mercredi, 09 Octobre 2019 à l'HOTEL AMOUKADI  - Adétikope (Togo) 

Previous Next

FORMATION DES ORPAILLEURS

Le Projet de Développement et de Gouvernance Minière (PDGM), après la région des plateaux (Badou et Atakpamé) du 19 au 24 août 2019, poursuit son école foraine de formation des artisans miniers du 23 au 28 septembre 2019 dans la région centrale (Sokodé et Blitta). Une formation à l’endroit de plusieurs artisans orpailleurs et diamantifères, afin de les outiller sur les techniques d’identification des sites aurifères, l’extraction du minerai, les mesures de santé et sécurité à prendre au travail, la gestion environnementale et sociale des sites d’orpaillage et de diaminage.

 Il a été également question lors de ces sessions de formation, de sensibiliser les artisans miniers sur les nouvelles exigences que requiert le secteur minier et les y former.

 Une avancée qui valorise les parties (orpailleurs, administration minière, les organes de contrôle, les partenaires techniques et financiers dont principalement la Banque mondiale) et renforce également l'État dans son rôle régalien de maîtrise des acteurs et ressources de ce secteur qui échappent au contribuable togolais.

Previous Next

Ce mercredi le 14 Août 2019, une séance de travail de la mission de suivi du PDGM conduite par le charge de projet M. Morten Larsen avec la faculté des sciences de l'université de Lomé et les membres du comité de pilotage éducation et l'unité d'exécution du projet. Il s'agit spécifiquement de faire le point sur les appuis du PDGM à la Faculté Des Sciences et d'analysé les perspectives.

A propos

Le Projet de développement et de gouvernance minière (PDGM) proposé est conforme à la stratégie de développement du Togo et la Vision minière africaine. Les deux stratégies considèrent le potentiel de ressources naturelles (notamment les mines et le ciment) comme des « sources de croissance » et encouragent le pays à s'engager sans délais dans l'optimisation des bénéfices sociaux et économiques découlant des atouts miniers dont il dispose. 

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir nos newsletters